Côte d'Azur, Trésors urbains, Visiter

Escale à Nice la douce, la Méditerranéenne, la bonne vivante

26 juillet 2016
nice-enfants-fontaine-hey-flamingo

Nice la douce. Nice la Méditerranéenne. Nice la bonne vivante. Depuis le 14 juillet, le nom de la ville de Nice se propage pourtant à travers le monde avec lourdeur, voire une certaine angoisse. Un sentiment si loin de l'identité de cette bulle jaune posée sur les abords de la Côte d'Azur, qu'on a décidé d'utiliser les pages d'Hey Flamingo pour véhiculer nos mots doux et nos images. Pour tenter, à notre petit niveau, de remettre une couche de couleurs sur l'épisode gris et rouge qui a ébranlé la ville.

Il y a un an, quasi jour pour jour, j'étais accueillie à bras ouverts par cette ville, Nice. Une parenthèse veloutée dans mon marathon estival, pendant lequel je tentais d'écrire deux guides de voyage en deux mois.

J'ai trouvé à Nice cette même douceur de vivre à l'italienne, que j'avais vécue pendant mes études à Rome. Une ville aux accents chantants, où l'on prend le temps de vivre. J'ai tant aimé me perdre dans les ruelles du Vieux Nice au petit matin, quand tout le monde dort encore. J'ai tant aimé manger mes salades, tard le soir, assise face à la mer sur la promenade des Anglais. J'ai tant aimé voir les enfants jouer dans les jets d'eau de la promenade du Paillon. Les regarder se laisser surprendre, rire aux éclats et sautiller avec cette joie et cette légèreté que seuls les enfants arrivent à nous transmettre.

Le premier jour où je suis arrivée à Nice, j'ai suivi les conseils d'une amie niçoise à Montréal qui me sommait de monter voir la Baie des Anges depuis la Colline du Château. J'ai donc grimpé une à une les marches de l'immense escalier rose saumon qui se hisse le long des falaises. J'ai observé les mouettes, tout aussi contemplatives que moi. J'ai souri en regardant les amoureux se bécotant sur les bancs publics, les mamans courant difficilement après leurs bambins énergiques, les amies de toujours qui malgré leurs cheveux blancs continuent de monter honorer leurs séances précieuses de papotage.

En redescendant, je me suis arrêtée au niveau de Castel Plage pour voir les casse-cou s'élancer depuis les rochers et tenter leurs figures improbables. Je me suis sentie un peu vieille, mais heureuse de sentir l'énergie joueuse de ces ados.

J'ai ensuite rejoint le cours Saleya en me faufilant rue des Ponchettes. Ces quelques mètres m'ont pris une éternité tant chaque détail de ce décor aux allures de village de pêcheur d'antan allumait mon regard. Le spot instagrammable par excellence. Autant dire que je m'y suis donnée à coeur joie.

En passant devant la Civette du Cours, j'ai pensé à mes amis Niçois dispersés dans le monde pour qui ce lieu évoque tant de souvenirs de jeunesse. Les apéros de pote, les premiers rendez-vous, les cuites de rupture, les anniversaires bien trinqués.

S'il y a une chose qui m'a marquée à Nice, c'est la vitalité de ses terrasses. Des plus prisées, aux plus improvisées, avec quelques tables et tabourets posés le long d'un mur, dans une ruelle. Difficile à l'heure du brunch le weekend, ou à l'heure de l'apéro de se trouver une place au soleil. Les terrasses sont prises d'assaut par les groupes de potes, les familles...

En parcourant les quartiers adjacents, de Fabron aux hauteurs de Cimiez, j'ai découvert combien Nice avait de multiples visages. Plusieurs villages en un. Des collines boisées aux plages de galet du bord de mer, jusqu'aux anciens sites romains en passant par l'imposante cathédrale russe dont les dômes verts percent l'horizon. Nice est une mosaïque d'histoires, de cultures, d'époques.

Résolument ville d'arts, Nice offre une collection de musées et de sites culturels insoupçonnés. Le Musée Marc Chagall est un pur bijou, tant par la richesse de ses collections que par sa scénographie et son emplacement. Immanquable, également: le MAMAC. Ne serait-ce que pour les pièces d'Yves Klein, de Niki de Saint-Phalle et de Ben. Autour de ces deux mastodontes d'art, des sites plus discrets tournent en orbite. Je pense à la Galerie des Ponchettes, petite bulle d'art contemporain dont la programmation varie en continu. Je pense à la Villa Arson et ses expos temporaires d'arts plastiques, de vidéos et de performances.

J'aime Nice pour sa joie de vivre, simple et lumineuse. Un pique-nique en bord de mer, des draps qui flottent au vent dans une ruelle, un apéro qui s'étire jusqu'au creux de la nuit, une glace dégustée en se laissant guider par le bruit des pas qui résonnent dans les petites ruelles du Vieux-Nice, des enfants qui se cramponnent avec excitation au cheval pomponné d'un manège animé, de vieux monsieur agrippés à leur canne qui regardent passer les passants, des fleurs qui s'échangent, des morceaux de pissaladière qui se goûtent au marché, un abricot tendu, un sourire.

Ce sont ces images de Nice qui méritent d'être partagées, de même que toutes ces histoires positives d'hommes et de femmes qui ont accouru aux hôpitaux des quatre coins de la ville pour offrir leur sang, de tous ces anonymes qui ont ouvert leurs portes à ceux qui en avaient besoin.

Nice la douce. Nice la Méditerranéenne. Nice la bonne vivante. Nice la solidaire ♥

nice-jaune-hey-flamingo nice-centre-ville-hey-flamingo nice-chez-castel-hey-flamingo nice-promenade-des-anglais-hey-flamingo baignade-nice-castel-hey-flamingo promenade-anglais-nice-hey-flamingo-blog nice-goeland-hey-flamingo nice-promenade-pailleron-hey-flamingo nice-place-massena-hey-flamingo visiter-nice-hey-flamingo pizza-rene-socca-hey-flamingo nice-chateau-hey-flamingo musee-chagall-nice-hey-flamingo facades-nice-hey-flamingo dome-place-massena-nice-hey-flamingo nice-cote-azur-hey-flamingo nice-golden-hour-hey-flamingo hey-flamingo-nice-promenade-anglais

CÔTE D'AZUR: ESCALE À NICE

Où? Nice est la capitale de la Côte d'Azur. Elle est située au Sud-Est de la France, à une trentaine de kilomètres de la frontière italienne. Coordonnées GPS: 43°41'41.3"N 7°15'29.6"E

Quoi faire à Nice?

Se balader le long de la promenade des Anglais, face à la mer Monter voir la vue sur la Baie des Anges, au coucher du soleil, depuis les hauteurs de la Colline du Château Se perdre dans les ruelles du Vieux Nice Aller faire le plein de victuailles (ou de fleurs selon les jours!) au marché du Cours Saleya Se laisser emporter par l'univers fantasmagorique de Marc Chagall au musée qui lui est consacré - 17 av. du Dr Ménard Aller faire coucou aux Nanas de Niki de St-Phalle au MAMAC - Place Yves Klein Marcher le long de la promenade du Paillon Se poser à une terrasse et se laisser emporter par l'animation de la ville Passer voir une expo temporaire à la Galerie des Ponchettes (77 quai des États-Unis)

Où boire et manger à Nice?

Impossible de passer à Nice sans goûter à la fameuse Socca de René Socca dans le Vieux-Nice Autre incontournable: les glaces et sorbets de Fenocchio - 2 place Rossetti Pour aller boire un verre en terrasse, filez aux Distilleries Idéales - 24 rue de la Préfecture Si vous souhaitez manger sur un toit-terrasse dans une ambiance élégante et tamisée, direction Le Hussard - 1-3 rue St François de Paul. Pour une véritable salade niçoise, prenez-place à la Rotonde de l'Hôtel Négresco - 37 promenade des Anglais

Où dormir à Nice?

Pendant mon séjour Niçois, j'ai été logée à l'Hôtel Villa Victoria, où j'ai passé un peu plus d'une semaine. J'ai adoré mon expérience, c'est pourquoi j'y consacrerai le prochain article. Voici en attendant l'adresse: 33 bd Victor Hugo, Nice - 04 93 88 39 60 - villavictoria.com Informations: nicetourisme.com
Texte et photos: Sarah Meublat

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Hôtel Villa Victoria : un havre de charme bucolique à Nice | Hey FlamingoHey Flamingo 2 août 2016 at 22 h 12 min

    […] de visiter Nice sur les pages d’Hey Flamingo, je vous invite à lire l’article Escale à Nice la douce, la Méditerranéenne, la bonne […]

  • Leave a Reply